Lihud Poète

Accueil      Livres      Contact

L’été arrive

Heureusement l’été arrive au galop
Mais l’hiver a tué mal à propos

Ils ont deux pattes ce ne sont pas des oiseaux
Etre humain à la rue toi pauvre clodo

A Rennes cette année près d’église où tu pries
Le froid d’une pauvre femme a pris la vie

Des jardiniers tôt matin à la fin de la nuit
Ont trouvé dans carton son corps qui gît

Pour la nef de la belle et grande cathédrale
Ont débloquent des sommes abyssales

Mais pour humains dont ventres fringales
Il n’y a rien crève là, cas bien banal

Combien de cas recensés cette année
Combien de morts comptés ou cachés

Parmi tous nos frères abandonnés
Enterrés dans cimetière sans être regrettés

Cela se passe à la porte de nos maisons
Où certains de douleurs s’accroupiront

Vers noël coeurs endormis réveillons
Notre aide notre argent nous te présenterons

Mais aussitôt fêtes et agapes passés
Reprenons notre vie nos soucis à côté

Rentrerons en soirée dans maison surchauffée
Sans te voir toi là dans froid allongé

Pays riche qui te dit supérieur parfois puritain
Pourquoi laisse tu tomber le dernier humain

Même ceux qui revendiquent messes en latin
Ont parfois bien du mal à tendre la main

Pour aider un poète, offrez-moi un café, merci 💖

Suivez moi sur Facebook
Suivez moi sur Facebook